Sangha Suisse-Léman - Veda et sanskrit
Sangha Suisse-Léman - Ensemble dans la voie du Dharma !
upanishad
Mândûkya Upanishad
Traduction Martine Buttex
 
1.       Om ! Cette syllabe est tout ceci (qui nous entoure). En voici une explication pénétrante. Tout le temps passé, présent et futur, n'est rien d'autre que le son Om. Tout ce qui transcende les trois périodes du temps est aussi le son Om.
 
2.       Tout ceci, en vérité, est Brahman. Cet Atman est Brahman, et il possède quatre quartiers.
 
3.       L'Atman qui siège à l'état de veille (jagrat) et porte alors le nom de Vaishvanara, l'Être universel, possède la conscience du monde extérieur, ainsi que sept membres et di x- neuf bouches, et il jouit des objets matériels. Tel est le premier quartier.
 
4.       L'Atman qui siège à l'état de rêve (svapna) et porte alors le nom de Taijasa, le Lumineux, possède la conscience du monde intérieur, ainsi que sept membres et dix-neuf bouches, et il jouit des objets subtils sur un mode sélectif. Tel est le second quartier.
 
5.       Lorsque le dormeur ne désire plus jouir de quelque objet que ce soit et ne voit plus aucun rêve se dérouler, il entre alors en sommeil profond (sushupti). Au sein de l'Atman qui siège à l'état de sommeil profond et porte alors le nom de Prajna, l'Intelligence tout-inclusive, tout en restant celui qui jouit de cette félicité, et il est doté d'une unique bouche, la Conscience. Tel est le troisième quartier.
 
6.       Il est le Seigneur de la Totalité, il est omniscient, il est le guide intérieur, il est le berceau de l'univers, oui, en vérité, il est la création et la disparition tout à la fois des créatures.
 
7.       Cela qui n'a conscience ni du monde intérieur, ni du monde extérieur, ni de la coexistence de ces deux dimensions, cela qui n'est pas densément empli de pure conscience, cela qui n'est ni conscient ni inconscient, - oui, cela est invisible, intouchable, ainsaisissable, sans caractéristiques, inconcevable, innommable, qui est établi dans la certitude de son propre Atman, qui met fin à l'expansion de l'univers, qui est paisible, propice, non-duel - cela est le quatrième quartier (turiya), et on doit le connaître comme étant l'Atman.
 
8.       Cet Atman, envisagé sous l'aspect des syllabes suprêmes, est l'Omkara, avec une attention spéciale pour ses unités phonétiques (mora); les unités phonétiques sont les trois quartiers de l'Atman, et ceux-ci sont les unités phonétiques, à savoir A, U, M.
 
9.     L'Être universel, Vaishvanara, qui siège à l'état de veille, est le son A, la première unité phonétique, "du fait de l'obtention (apti9 ou du fait de l'existence première (adimattvam). Celui qui posséde cette connaissance, en vérité obtient tout ce qu'il désire et devient le premier.
 
10.    Le Lumineux Taijasa, qui siège à l'état de rêve, est le son U, la seconde unité phonétique, "du fait de l'élévation (utkarsha) ou du fait qu'il se trouve des deux côtés (ubhayatvam)". C'est celui qui possède cette connaissance, en vérité élève bien haut la tradition du savoir (dans sa lignée) et est également respecté des deux côtés (amis et ennemis), et nul qui ne serait un connaisseur de Brahman ne naît dans sa famille. 
 
11.    L'intelligence tout-inclusive, Prajna, qui siège à l'état de sommeil profond, est le son M, la troisième unité phonétique, "du fait de la construction (miti) ou de la destruction (mi minati)". Celui qui possède cette connaissance, en vérité construit la totalité de ce monde, et il est également sa destruction.
 
12.     Le Quatrième est sans unité phonétique, sans relations, il met fin à l'expansion de l'univers, il est propice et non-duel. Ainsi, la syllabe Om est l'Atman. Celui qui possède cette connaissance voit son soi individuel fusionner avec l'Atman.
 
 
SRI TATHATA DE SANDRA BESSETTE 2
AGNI   SUKTAM

 
O Agni, tu es celui qui préside à toute chose.
Gloire à toi, qui es la divinité invoquée dans le yajna
Et le prêtre qui l’invoque,
Qui es la source suprême de toutes les grâces,
A Toi en qui la création elle-même est réabsorbée.
 
O Agni, vénéré par les sages des temps anciens
Et vénéré par les sages d’aujourd’hui,
Puisses-tu réunir les Dévas en ce lieu ! 
O Agni, toi qui dissipes les ténèbres,
Pas à pas nous venons à toi,
Par la contemplation de l’univers.
Alors que nôtre esprit s’ouvre à l’unité de la création,
Nous nous offrons à toi.
 
O Toi, le Resplendissant, incarnation de l’amour,
Protecteur du sacrifice qui s’accomplit sans violence,
Toi qui grandis au sein de Toi-même,
Etoile radieuse de tout ce qui est juste et bon,
 
O Agni, laisse-nous avoir accès à Toi,
Comme un père avec son fils.
Reste toujours avec nous,
Guide-nous sur le chemin qui mène à la perfection
Et accorde-nous d’être heureux !
 
O Agni, grâce à Toi,
La prospérité s’étend de jour en jour,
Grâce à Toi on obtient une descendance
Vaillante et glorieuse !
 
O Agni, tu enveloppes de toute part le yajna,
Celui qui s’élève jusqu’au Dévas.
L’univers fut créé dans la substance de l’amour
Et l’Amour le remplit.
Entends nos prières.
 
O Agni, Toi qui conduis l’invocation,
Toi qui peux absorber la création toute entière,
Sage à l’immense sagesse, suprême Réalité !
Splendeur des Splendeurs, O Divin,
Viens, suivi de tous les Dieux.
 
O Agni toutes ces grâces
Et tout ce que tu offres à celui qui te vénère,
O Angiras, Tu es le témoignage vivant
De ton essence, âme de l’Univers.
 
Voici un texte magnifique de Swami Chandrasekhrendra Sarasvati, dit aussi, Shankaracharya de Kanchipuram.
Par lui, nous recevons une compréhension, non pas historique des védas, mais bien au-delà, une compréhension métaphysique.
Il est essentiel de connaître cette réalité, le cœur s'y réchauffe et se rend compte à quel point réciter ou entendre un hymne védique nous connecte de tout près au créateur.
 
PAS DE COMMENCEMENT, PAS D'AUTEUR   
 
Les Vedas sont dits Anadi (càd) sans commencement en termes de temps.
Cela veut dire que tout ce qui leur est antérieur ou plus ancien qu'eux n'existe pas.
Cela veut dire qu'ils ont existé de tout temps.
Comment peut-on accepter cela ? Un livre doit nécessairement avoir un auteur, au moins un, sinon plus.
L'Ancien Testament est un ensemble de paroles de nombreux prophètes.
Le Coran contient ce que Mohammed, le prophète, a propagé.
Ces gens ont existé en un endroit du temps.
Avant leur temps, leurs enseignements n'étaient pas disponibles.
De la même manière, logiquement, les Vedas devrait aussi avoir eu un ou plusieurs auteurs qui doivent avoir vécu à un moment ou à un autre.
Avant leurs temps, leurs enseignements ne devraient pas avoir été disponibles.
Peut être ceci s'est-il passé il y a longtemps, très très longtemps, il y a des millions d'années.
Même alors, il serait faux, selon certains, de parler des Vedas comme étant "sans commencement".
De tels doutes s'élèvent naturellement si l'on assume que les Vedas ont été écrits par les hommes.
 
Alors, de quelle autre manière un livre viendrait-il à être écrit ?
La paternité est un préalable nécessaire pour n'importe quel livre et l'auteur doit avoir existé à un moment ou à un autre.
La logique ordinaire ne semble pas supporter la revendication selon laquelle un livre pourrait ne pas avoir d'auteur.
 
C'est pourquoi une théorie a été mise en avant selon laquelle des personnes évoluées appelées 'Rishis' ou sages ont écrit les Vedas.
Il est établi que les Vedas contiennent de nombreux 'Suktas' ou paroles de sagesse, de paroles sages, attribuées à plusieurs sages.
 
veda-vyasaAvant de réciter les mantras du Veda, on a coutume de mentionner le nom du Rishi ou sage concerné par cette portion particulière, le 'chandas' ou mètre dans lequel le mantra apparaît ou a été composé et le Devata ou déité qui préside à ce mantra.
Puisque les mantras du Veda se réfèrent à un nombre de Rishis, cela a conduit à la croyance selon laquelle il devrait y avoir de nombreux auteurs.
Dans la plupart des cas, la généalogie du Rishi est aussi mentionnée, pour éviter la confusion entre deux rishis qui ont le même nom.
Par exemple "Agastya Maitra-Varuni" est Vyasa, le fils de Mitra et de Varuna.
Ainsi, si un mantra est en son nom, cela veut-il dire qu'Agastya est son auteur ?
Alors cela ne prouve-t-il pas qu'avant son époque le mantra du Veda était non-existant ?
Comment alors pouvons-nous l'appeler "anadi" ?, càd sans commencement ?
Mais le véritable fait est que ce rishi-ci ou ce rishi-là ou tout autre rishi n'a pas composé les mantras. C'est pourquoi les Rishis ne peuvent en être appelés les auteurs.
 
Par définition, les Vedas sont 'apurusheya' ou d'origine non-humaine.
"purusheya" est l'oeuvre de l'homme. Puisqu'ils ne sont pas l'oeuvre de l'homme, les rishis qui étaient des êtres humains ne peuvent pas les avoir écrits.
S'ils les avaient écrits, ils auraient été appelés Mantra Kartas ou compositeurs des mantras.
Mais en réalité ils ne sont seulement appelés Mantra Drishtas ou voyants des mantras.
Cela veut dire que les rishis ont "trouvé" ou découvert les Vedas et ne les ont pas composés ou créés.
 
Qu'est-ce que cela veut dire lorsque l'on dit que Christophe Colomb a découvert l'Amérique ?
A-t-il créé l'Amérique ?
Non. Il a aidé à porter l'Amérique qui existait déjà à la connaissance du monde.
Newton, Einstein et les autres scientifiques réputés n'ont pas créé les lois pour lesquelles ils ont été honorés.
Le fait qu'un objet tombe selon la force gravitationnelle n'existait-il pas avant Newton ? Ces scientifiques ont compris les lois déjà en opération mais les ont fait connaître au monde pour la première fois.
De la même manière, les rishis ont connu les mantras déjà en existence et les ont fait connaître au monde.
Les mantras ont toujours existé.
Depuis que les rishis les ont découverts, leurs noms sont associés aux mantras.
 
Aussi le mérite est-il du aux rishis pour avoir porté à la connaissance des hommes les Vedamantras déjà existants mais alors encore inconnus.
Aussi nous inclinons-nous en leur mémoire en touchant notre tête lorsque nous mentionnons leurs noms.
 
C'est le geste de reconnaissance de leur grand service.
Nous le reconnaissons en mentionnant leur nom avant la récitation du mantra. Bien, si les rishis ont découvert les mantras, où étaient ces mantras avant leur découverte ?
Si on les appelle 'anadi', cela veut-il dire qu'ils ont toujours été là ? Où étaient-ils ? Dans l'espace ?
Si nous supposons que les Veda mantras sont apparus avec la première création, cela impliquerait que le grand Seigneur les a créés avec le monde. Dieu a-t-il écrit les Vedas et les a-t-il gardés en réserve de telle sorte que les rishis puissent plus tard les découvrir en partie ?
En tout cas, si les Vedas sont venus à l'existence avec la première création, on ne peut pas dire qu'ils sont sans commencement.
 
brahma
La création actuelle par Brahma est calculable en termes de temps.
Les quatre Yugas (Krita Yuga, Treta Yuga, Dvapara Yuga et Kali Yuga) ont chacun une durée de temps spécifiée.
 
Un millier de cycles de quatre yugas est reconnue comme un jour de Brahma, distinct de la nuit.
Un autre millier de cycles de quatre yugas constitue sa nuit. Sur cette base, on croit que le Brahma d'aujourd'hui vient de dépasser les cinquante ans.
Avant, ce Brahma n'était pas là, un autre Brahma existait.
Aussi le Brahma actuel et la création actuelle ne sont-ils pas 'anadi'.
Alors qu'est-ce qui est 'anadi' ? Le Paramatma doit avoir existé avant Brahma, avant n'importe quel Brahma. Brahman, ou le Dieu impersonnel, a existé de tous temps. Il est le continuum temps duquel l'univers et toute la matière apparaît et disparaît de temps à autre. Le Paramatman fait Sa création par Brahma, maintient la création par Vishnu et l'annihile par Rudra (Shiva). Brahma, Vishnu et Shiva finissent aussi par cesser d'exister en tant que tels.
C'est pourquoi l'âge de Brahma est calculable.
Après l'achèvement de son terme de cent 'Brahma Varsha', il se fond dans le Paramatman. Un autre Brahma prend alors la relève.
 
Pour en revenir aux Vedas, le Paramatman ou Être Suprême a-t-il créé les Vedas avant n'importe lequel des Brahmas, avant la création même ?
 
On sait à partir des Shastras que les Vedas existaient antérieurement à la création parce que Brahma lui-même est dit avoir entrepris la création à l'aide des mantras du Veda qui existaient simplement en tant que son dans l'espace.
Ceci est confirmé par l'un des Puranas, le Srimad Bhagavatam qui, entre autres choses, décrit comment Brahma a créé les mondes.
Est-il alors correct d'inférer qu'à la fois Dieu (le Paramatman) et les Vedas sont anadi ? A la réflexion, il apparaîtrait que même cette hypothèse n'est pas correcte.
Si l'on comprend que Dieu a créé les Vedas avant de créer le monde, cela impliquerait alors qu'il y a eu un temps (avant leur création) où ils n'existaient pas.
Cela impliquerait que, bien que créés avant l'Univers et la Vie, les Vedas n'ont été créés qu'après que Dieu ait créé le 'concept de temps'. Cela discréditerait aussi l'épithète d' 'anadi'.
Dieu ne pourrait pas avoir créé les Vedas si à la fois Lui et eux étaient anadi. S'il les avait créés, ils auraient un commencement. Toutes choses ont émané d'Ishvara. Puisqu'il n'y a rien en dehors de Lui, à la fois Ishvara et le Veda doivent avoir existé côte à côte sans commencement. Mais cela ne semble pas être correct. Incréé par Ishvara, n'ayant pas d'existence indépendante de Lui mais étant pourtant anadi, comment cela est-il possible ?
 
Cette confusion est dissipée par le Veda lui-même. La Brhadaranyaka Upanishad (2.4.10) dit que le Veda sous les formes du Rig, du Yajur, du Sama et de l'Atharva sont le souffle d'Ishvara. 'Nishvasitam' (fuoÜflra) est le mot utilisé pour indiquer l'expiration du souffle.
 
Pouvons-nous exister sans respirer ? De même, les Vedas sont pour ainsi dire le souffle de vie du Paramatman ou Soi Suprême.
Si le Paramatman qui n'a pas de commencement dans le temps existe à jamais (sans aucune fin dans le temps), alors les Vedas qui sont son souffle de vie sont naturellement anadi, du fait qu'ils coexistent avec Lui.
Le point à noter ici est que même Dieu n'est pas dit avoir porté les Vedas à l'existence. Il serait incorrect de dire que nous avons créé notre propre respiration.
Elle existe depuis le moment où nous avons commencé d'exister.
De même Ishvara et les Vedas. On ne peut même pas dire qu'Il les a créés. Ils ont toujours existé ensemble.
Vidyaranya, qui a écrit le Veda Bhashya (commentaire sur les Vedas) considérait son guru comme Ishvara ou Dieu Lui-même et, tout en chantant sa louange, il dit "dont nisvasitam sont les Vedas".
En plus de nous donner une idée de la profonde immersion de son guru dans les Vedas, le commentaire de Vidyaranya souligne le fait que les Vedas ne sont même pas la création d'Ishvara.
 
Le Seigneur Krishna dit dans la Gita : "Je suis la personne qui est connue par tous les Vedas".
 
En outre, au lieu de se nommer comme l'un de ceux qui ont fait les Vedas, il se nomme comme celui qui est le sujet de tout Vedanta - Vedantakirt, non comme Vedakrit.
Il s'appelle celui qui connaît tous les Vedas : Vedavit.
Dans son état absolu et conceptuel tel que décrit dans le Vedanta, avant qu'Il se soit fait le produit final de l'évolution humaine, même avant la création, Ishvara et les Vedas ont coexisté.
 
Comme la Gita, le Bhagavata Purana ne parle pas non plus de Dieu comme créateur des Vedas.
Les Vedas sont dits s'être manifesté à partir de Son coeur.
 
ISHVARALe mot utilisé est 'Sputa', qui signifie : manifestation soudaine de quelque chose qui existe déjà.
Il ne se réfère pas à une situation où quelque chose qui n'est pas déjà en existence a été porté à l'être. Brahma, le premier né, fut le premier rishi qui soit venu à connaître tous les Veda mantras. Il en est rendu conscient par Ishvara.
Comment ? Les a-t-il récités pour qu'ils soient appris par Brahma ? Non, Il les lui a donnés à travers son coeur.
Le vers qui ouvre le Bhagavata Purana s'y réfère comme 'Tenay Brahma hrdaya adikavaye' (rsus czãânk; vkfndo;s). C'est pourquoi il est clair que les Vedas ont toujours existé en Lui comme son souffle. Brahma en est devenu conscient dès qu'Ishvara l'a voulu.
Brahma a commencé sa création sous la direction qu'il a obtenue des vibrations reçues du coeur du Seigneur.
 
Notre rubrique "Véda et sanskrit" ouvre ses portes et vous invite à pénétrer dans le monde inaltéré et inaltérable de la Connaissance Eternelle.
SRI TATAHATA A GOLLION CADREE
En 1989, de retour d'un important pèlerinage, lui révélant la manière dont le Dharma allait être transmis à l'humanité, Sri Tathâta fut accueilli à son ashram de Varishtapuri par ses disciples et par un étrange et nouveau personnage.
Ce dernier portait un Kalasha (récipient sacré) et récitait des mantras védiques pour saluer son arrivée. 
  
Tout d'abord, Sri Tathâta fut surpris, puis soudain, dans l'intimité de sa conscience jaillirent des souvenirs d'un temps lointain, le temps du Boudha avec cet homme comme protagoniste.
A ce moment précis, il comprit la raison de sa présence dans son ashram et il sut qu'il venait de recevoir la grande responsabilité de réveiller la conscience des véda dans l'humanité.
De ce jour, l'homme enseigna l'entier des védas à Sri Tathâta, puis mourut à ses côtés …
EXTRAIT D'UNE INTERVIEW DE SRI TATHATA
 
Vous êtes probablement le plus grand maître de la tradition védique. Pour nous, occidentaux, cette tradition nous semble lointaine et très ancienne. Pensez-vous que nous pouvons encore la vivre et qu'elle peut servir au changement et à l'évolution de notre société ?
 
La Vérité est toujours nouvelle. Elle ne vieillit jamais. Par exemple pouvez-vous dire que cette terre est vieille, que le soleil et le ciel sont vieux ?
Ils ne vieillissent pas, mais sont chaque jour nouveaux.
De la même manière, la sagesse et la connaissance védiques sont la Vérité primordiale, permanentes et hors du temps.
Cette Vérité est responsable du  renouvellement et de la durabilité de la création.
La tradition védique offre les meilleurs outils permettant de se transformer et de se connecter à la Vérité éternelle.
Nous essayons d’inventer un nouveau monde, une nouvelle société, une nouvelle vie sur terre. Nous pouvons mettre ceci en œuvre grâce à cette tradition dont les principes peuvent être adaptés aux problèmes actuels.
A ce jour, la culture védique n’a jamais été pleinement appliquée à l’existence sur terre, aujourd’hui cela devient absolument nécessaire.
Enfin, par cela, l'homme pourra connaître la Volonté primordiale ou le désir Suprême de Dieu et ne plus se référer seulement à ses propres désirs auxquels la création n'obéit de toute façon pas.        
                                        
Vous avez conduit de grands Mahayaga ou grands rituels en Inde, attirant des centaines de milliers de personnes. En Europe, l’été dernier, vous avez mené le Vishva Shanti Yajna qui est également un rituel védique. Le prochain Mahayaga en Inde est prévu pour début 2014 avec un million et demi de participants. Pourriez-vous expliquer l’impact de ces rituels sur l’humanité et leurs conséquences ?
Les rituels védiques, comme le Dharmasooya Mahayaga et le Vishva Shanti Yajna, ont été conçus et conduits pour le bénéfice de la terre et de la vie humaine.
Comme nous le savons,  la terre, l'atmosphère, l'eau sont contaminées.
Tous les éléments majeurs de notre existence sont pollués au niveau physique, énergétique et mental.
 
Les rituels védiques fonctionnent sur tous les plans : physique, énergétique, mental et même au-delà. Dans les plans les plus subtils de la création, tout est parfait, divin et harmonieux.
Le désordre apparaît seulement dans les trois plans inférieurs. Le moyen de les purifier est de les connecter aux plans subtils.
Cette connexion est possible à l'aide des mantras et chants védiques. Par ces récitations et  rituels védiques,  la lumière de la Vérité peut pénétrer la conscience humaine et l’ordre parfait peut être établi jusqu’au plan physique.
Aujourd’hui, vous pouvez créer beaucoup de méthodes pour amener la paix et l’harmonie. Toutes ces pratiques sont issues des pensées humaines, c’est-à-dire du mental.
Elles ne vont pas changer le monde de façon positive et durable.
Nous devons appliquer les principes utilisés par le processus de la création elle-même et qui sont justement ces rituels védiques. 
 
Un système d'éducation holistique
Aujourd'hui le monde est en tumulte.
Beaucoup de gens, d'organisations et d'institutions oeuvrent à changer le monde d'une manière positive.
Malgré tous leurs efforts, et sacrifices, aucuns changements satisfaisants n'ont  lieu dans la société.A force, l'enthousiasme, la force et l'espoir s'affaiblissent.
Pourquoi tous ces efforts n'aboutissent-ils pas ?
Sri Tathâta explique cet échec par une parabole: nous échouons parce que nous n'arrosons que le sommet de la plante, alors que c'est la graine nous devrions nourrir.
Cela signifie qu'il est très difficile de faire changer la vie, les croyances et le comportement des gens à partir d'un certain âge.
La seule manière de transformer le monde est de se concentrer sur les nouvelles générations.
En parallèle d'une connaissance scolaire  générale, une éducation nourrissant l'âme de nos enfants devrait être donnée, leur donnant une vision de la vie pleine de sens ainsi qu'un comportement positif.
Dans les temps védiques, une telle combinaison d'éducation générale et spirituelle générait une civilisation harmonieuse dirigée par des gouvernements sages.
Espérons transformer nos systèmes éducatifs de manière à  transmettre la véritable sagesse aux futures générations.